A L'OMBRE DES SAMPLERS EN FLEURS

22 février 2020

CULTURES DU MONDE

Voilà la Frida Kahlo que je vais broder.

Non pas celle que vous présentez en noir et blanc.

Frida Kahlo, c'est le symbole de la souffrance sans cesse dépassée, la volonté de sortir de l'enfer d'un monde machiste en y réussissant mal, imparfaitement.

Oui mais en poursuivant le combat jusqu'à son terme.

Une femme courageuse, à une époque où les femmes devaient se contenter de vivre dans l'ombre des mâles; ce monde que tous ces dindons et ces croupions délétères, ces bouches à merde de chaque jour, voudraient reconduire, encore et encore.

Mon rapport à Frida Kahlo est mitigée: mi-figue mi-raisin oserais-je écrire si j'étais malicieuse .....

Mais elle reste à mes yeux cette femme qui a vécu jusqu'au bout, y compris ses propres contradictions, comme elle pouvait, le mieux qu'elle pouvait au regard des tragédies succéssives qui ont balisé sa vie. Elle fut imparfaite, tant mieux, c'est la vie. La vie n'est pas un roman de pythie pendue aux Basques de croupions tyranniques idolâtrant une beauté évanescente décharnée et vide, complaisante avec toute l'horreur de la Terre. Frida fut si courageuse, d'une intelligence ET d'une culture ET d'une créativité époustouflante. Une femme qui aujourd'hui encore, donne du souffle aux femmes  et à leurs combats dans le monde entier.

Les poètes mâles et misogynes en parlent très mal, eux qui ne savent partager le monde que dans des dichotomies répétant sempiternellement les mêmes clivages, sans nuances jamais, sans culture.

L'ignorance, c'est avant tout cela: ne pas savoir réfléchir autrement que dans les clivages artificiels mis en place par les archétypes intolérables allant à l'encontre de la marche du monde et de nos égalités indivisibles.

C'est penser comme un tout petit enfant qu'une tête de mort est intolérablement crue mais que les bûchers de l'inquisition sont normaux, de cette normalité à la Arendt, banale, viscérale, la pire qui puisse exister parce que justement elle est banalisée.

 

MA Belle Fridha, je la broderai avec des fleurs et j'emmerde les LF, les Carlito et toute cette racaille, toutes leurs mumuses qui empêchent le monde de respirer, d'avancer, de ne pas trancher entre la mortadelle et le saucisson, entre Bach ou Mozart frontalisés dans des inepties im-mondes.

Rien ne fait monde chez tous ces carnassiers de la culture délétère.

 

frida_kahlo_cross_stitch_by_tishounette_dcmn7vl-fullview

 

 

Enfin commencer à entrer dans le vif des vrais sujets ......

La culture c'est d'abord être capable de se confronter au relatif et aux nuances, sans jamais faire la part belle aux horreurs des absolutistes.

Posté par Anne H L à 14:21 - Permalien [#]


Si tu veux rester commun-iste dans l'âme, quitte le Parti Communiste de Franco-France .....

Posté par Anne H L à 13:52 - Permalien [#]

Compromis et rustines, délais et palabres interminables: tout le contraire de la révolution!

Posté par Anne H L à 10:26 - Permalien [#]

De sombres crétins .....

Je comprends pourquoi mon papa a quitté le PCF.

Surtout depuis qu'ils surfent avec la rhinocérite virtuelle, tous ces congréteux me donnent envie de gerber!

Posté par Anne H L à 10:25 - Permalien [#]

Je me suis désabonnée du blogue des correcteurs communistes.

Je n'ai pas besoin de la confusion entre la politique trumpiste et la culture qui persiste dans tous les pays de la Terre. Le capitalisme asservit partout, ce n'est pas une question de frontière. Il n'y a qu'à se rendre dans les ghettos de la Franco-France pour le savoir.

Et je vais profiter de la vie avant de crever.

Parce que vous, vous ne faites jamais rien d'autre que des congrès et des blogues qui moralinent et érigent des boucs-émissaires.

Ce faisant, en démystifiant, j'en fais certainement davantage que vos sectes de merde ......

Que nos joies de vivre demeurent, pour toujours et à jamais!

A bas le misérabilisme et l'humanisme de pacotille!

Posté par Anne H L à 10:23 - Permalien [#]


Ah oui, j'oubliais: je broderai aussi des sirènes, même pas peur!

Posté par Anne H L à 09:26 - Permalien [#]

J'ai retrouvé mes petites sorcières d'il y a 25 printemps: Fanci That, Le Chêne doré, Lizzie Kate, Stoney Creek, Bent Creek et tous les autres.

Plus des créateurs plus modernes que je ne connaissais pas.

Et puis le Moyen Âge, le Baroque foisonnant et luxuriant jusqu'à la nausée, la façon de se représenter le monde vue au travers du prisme cartographique des colonialistes de ce monde, les ours, les loups, les indiens, Frida Kahlo, les tombstones, les fleurs, les fruits, les jardins, les mots.

Le monde tel qu'il fut, tel qu'il est, et puis (rarement) tel que je le rêve parfois.

Rien n'est figé sur ma toile, tout est en mouvement (Montaigne) et tout est curieux, bavard, vivant, passionné, loin des mythologies et des projections. C'est pourquoi ma réalité est crue.

C'est pas parce qu'on étudie les enfers, les sorcières ou la mort qu'on a envie de crever: les personnes lucides sont, je le pense réellement, les plus joyeuses sur cette putain de terre accaparée par des cloches et des paroisses corrompues et délétères.

 

Un cran au-dessus donc, pour toujours et à jamais: cela sonne désagréable chez les personnes non pas qui ne savent pas, mais qui refusent toute la culture du monde aux autres parce que cela dérange leurs sectes, paroisses, idoles, idolâtries et royaumes.

On s'en fout!

Posté par Anne H L à 09:25 - Permalien [#]

Vous devriez dormir un peu: passer vos nuits à déblatérer ce doit être fatiguant.

Et le jour ou la nuit, point de vue chronobiologique, c'est pas tout-à-fait idem. Vous devriez le savoir vous qui nous saoulez tous les jours avec ce que nous savons depuis la préhistoire ....

Demandez-donc aux esclaves des temps modernes qui travaillent de nuit ce qu'ils en pensent et on en reparle après ......

Posté par Anne H L à 09:12 - Permalien [#]

Oser parler d'énergie et de résistances et être tout entière au service des tyrans et des mumuses, elle est jolie votre lumière!

Posté par Anne H L à 09:04 - Permalien [#]

Et oui c'est çà les sectes et les coaches es moraline et mystiqueries pouffiasse: cultiver l'art de la confusion et de l'ignorance, diaboliser et démolir les étrangers à la secte.

Mais bon, çà ne marche pas parce que le besoin n'est pas réciproque: vous avez besoin de démolir le havre de paix de ceux dont la paix se passe sans souci de votre connerie guerrière qui s'auto-alimente toute seule.

Posté par Anne H L à 09:00 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Je pense que je vais commander quelques fiches, toiles et kits supplémentaires.

çà fera plaisir à Génuflexion.

Vilaine capitaliste ;-)

Posté par Anne H L à 06:16 - Permalien [#]

21 février 2020

Je lis de la philo depuis mes 14 ans.

Rien n'arrête jamais l'amour de la philo.

Surtout pas un sophiste complètement timbré, ivre de toute puissance et raciste envers les femmes.

Vous auriez du le savoir ....

Posté par Anne H L à 23:30 - Permalien [#]

La vie est mille fois trop belle et bien trop précieuse pour gaspiller un seul instant dans vos cloches, sectes et corruption généralisée.

 

Je reste avec mes potes et les rares électrons libres que j'aime sur cette toile.

:-)

Posté par Anne H L à 23:27 - Permalien [#]

Aujourd'hui j'ai bien rêvé, j'ai écris et j'ai brodé le Moyen Âge.

Et j'ai commandé quelques fiches car mes revenus ne concernent pas cette pouffiasse d'Ana, pas plus que ma vie privée ou mon blogue.

 

Bonsoir le web.

La vie est belle ....

Posté par Anne H L à 23:24 - Permalien [#]

çà fait un bien fou l'intelligence du monde .....

Posté par Anne H L à 23:16 - Permalien [#]

Et le "luxe" de m'intéresser enfin à ce qui m'intéresse et non pas aux histoires de cul de cette pute heideggerienne

Posté par Anne H L à 23:14 - Permalien [#]

Enfin tranquille!

Posté par Anne H L à 23:09 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Qu'il s'agisse du salon de Nashville ou du salon des loisirs créatifs russe, je n'ai rien vu qui me plaisait cette année.

L'impression de déjà vu et lorsque c'est original, on a des croix et des drapeaux à l'ouest ou des modèles trop bébé à l'est pour ce qui concerne mes créateurs chouchou.

Une impression de déjà su ....

Mais évidemment ce sont mes goûts et ne concerne que les miens donc.

Et je vais vous dire, ce n'est pas très grave au regard de tout ce que j'ai envie de broder ......

 

Il y a un modèle seulement que j'ai trouvé rigolo et adorable comme tout pour le moment: il s'agit d'une collaboration entre Bendy Stitchy Designs et The Blue Flower, The Frienship sampler:

 

BFFS_460x438

 

Je vais continuer à rêver quelques jours, me reposer du rythme infernalement tôt et tard du travail ....., me questionner sans fin sur les correspondances toiles-fils, mettre de côté ce que je brode en priorité etc etc.

Aussi vrai qu'etc n'est pas un résumé synthétique, la passion des samplers étant analytique sans jamais faire dans la vulgaire et trop facile psychanalytique ;-)

Posté par Anne H L à 07:26 - Permalien [#]

20 février 2020

Je passe de super journées à rêver de broderies ....

Et puis j'écris beaucoup.

Les petites sorcières m'inspirent.

:-)

Posté par Anne H L à 20:42 - Permalien [#]

Vous jouez à l'amour transi parce que vous êtes narcissique.

Vous ne pensez qu'à votre ego, à votre gueule et à votre bite.

Il n'est nullement question d'amour dans vos délires de gigolo.

Posté par Anne H L à 19:45 - Permalien [#]

Srvez vos maîtres et oubliez vos affabulations sur ma personne.

Allez chasser ailleurs.

Posté par Anne H L à 19:43 - Permalien [#]

Je n'ai pas de soeur jumelle.

Je ne vous connais pas et je ne souhaite pas vous connaître.

Vous collez une personne qui fuit tout ce que vous représentez et servez.

Vous m'êtes totalement indifférente.

Et si je suis obligée d'être cruelle c'est parce que vous continuez à me coller alors que je ne veux pas de putain réac dans mon univers.

Vous n'entendez rien.

Posté par Anne H L à 19:42 - Permalien [#]

Très mauvaise poésie.

Vraiment, vous n'êtes pas poète et vous vous rendez ridicule.

Mais bon, çà vous regarde.

Posté par Anne H L à 19:39 - Permalien [#]

Non, la culture formate si tu t'en gaves sans user d'esprit critique.

Et l'ignorance sectaire endort en réduisant à néant tout accès à la culture et donc à l'exercice de l'esprit critique ainsi que de la critique militante révolutionnaire.

Il faut connaître ce qui a été et ce qui est en tous domaines, et non pas des salades rapportées dans et par une culture par ouïe-dire magistraux, pour savoir ce dont on ne veut plus et se déterminer soi-même en toutes circonstances selon ses souhaits.

Là où les sectes fonctionnent par litanies et conditionnements à la Pavlov.

Le formatage est sectaire.

Lire et étudier rend implacablement libre.

Et c'est pour cette raison que les personnes qui lisent et étudient pour de vrai sans balancer des conneries aux autres, sont harcelées et mises à l'index: il est dangereux de cogiter, même en 2020.

Et il est beaucoup plus facile de se laisser gaver par vos putes sectaires célestes et génuflexives.

Par tous ces coaches de vie et de moraline qui abrutissent les gens au moyen d'une culture de l'ignorance abjecte à laquelle même la poésie participe!

Shame on the maîtres et gouroutes qui n'ont rien à voir avec la culture.

Posté par Anne H L à 14:46 - Permalien [#]

Vive les orgies intellectuelles en pleine pampa paramilitaire!

Posté par Anne H L à 10:06 - Permalien [#]

Quand est-ce qu'il revient carlito, nous expliquer que tout a un sens pipicacanytique mais que rien n'a de sens, que la beauté est la maîtresse docile des prophètes imbéciles, qu'en dehors des montagnes le monde n'existe pas, que Carlo Rovelli ou Hitler c'est idem du moment qu'Héraclite et Pyrrhon se tiennent la main, que les Bouddhas sont tous des faux-culs, l'important c'est juste de savoir retourner sa veste à chaque article pour applaudir le maître de Wittgenstein comme de Montaigne dans le flux oui, mais béat!

Posté par Anne H L à 10:06 - Permalien [#]

Les mamelles de la came sectaire: la soumission, l'endoctrinement, le martèlement, l'aliénation, l'apocalypse, le millénarisme, la caricature et l'ignorance.

C'est vieux comme le monde ....

Je suis en train de rédiger quelques chapitres savoureux de ma thèse hors concours et ce sont sempiternellement les mêmes furies que l'on croise dans ces moteurs de l'histoire immobiles et réactionnaires.

Les sectes servent à maintenir le monde au service des puissants.

Et je kiffe mes poètes et potes musulmans ou pas ..... qui ont compris que la religion devait rester privée contrairement à tous ces abrutis d'ultra catholiques.

Bien sûr je rêve de la disparition pure et simple de tous ces credo, même si lucides, je sais qu'il y en aura d'autres, l'humain ne sachant se gouverner lui-même, et ayant sempiternellement besoin d'une cheftaine scoute et d'un gourou comme modèle de royaume au pays des bisounours.

Le moteur: catharsis, projections et manipulation des instincts grégaires.

On n'est pas sortis de l'auberge!

Posté par Anne H L à 10:00 - Permalien [#]

Un troupeau de cons entourés de sottes!

Posté par Anne H L à 09:29 - Permalien [#]

Merci de bien vouloir me faire parvenir vos livres directement à mon adresse que vous connaissez en bons petits flics de la toile virtuelle.

Ainsi pourrai-je les lire et les faire circuler dans nos cités de bitume.

D'avance merci.

Posté par Anne H L à 09:28 - Permalien [#]

Génuflexion, écrivez avec vos laveries carlitanes.

Dégagez!

Posté par Anne H L à 09:23 - Permalien [#]

LA fée doit revenir s'occuper de ses ogres de poésie et de philosophie.

Allez à poil du corps à l'âme possédés!

Merci de vous occuper de vos timbrés et de les garder enfermés à vos pieds, chez vous!

Posté par Anne H L à 09:22 - Permalien [#]

Du temps pour lire et broder ....

:-)

 

ob_f3d53b_experience-jean-sale-machine-laver-3

Posté par Anne H L à 09:20 - Permalien [#]

On dirait que vous tournez vos videos dans une cage de hamster avec des barreaux en forme d'écharpes de couleurs différentes en fonction du sujet du moment.

Toujours le même à vrai dire: Loula d'ici et ses déboires sexuels néo-colonialistes.

Vous êtes ridicule.

Posté par Anne H L à 08:58 - Permalien [#]

A mes potes anarchistes, à mes frères de Terre et de bitume, à mes potes musulmans que j'aime, à mes chéri.e.s à moi que j'adore, parce qu'il y aura toujours des nounours et des poupées de chiffon faites de bric et de broc, de tissus à quatre sous et de cheveux en vieille laine dans mon coeur.

Je vous kiffe fort.

Et je vous interdis d'écouter une seule seconde tous ces abrutis, sauf pour les démolir, vivants et debouts!

 

Je n'aime rien comme t'aimer.

Posté par Anne H L à 08:45 - Permalien [#]

Mais quand même soit disant au passage: si vraiment vous étiez communiste vous ne me toiseriez pas, mes potes du bitume et moi-même, et vous me prêteriez ce livre pour que je n'ai pas besoin de l'acheter, capitalistement parlant je veux dire.

Mais pour cela il faudrait que vous ne fassiez pas semblant de me connaître.

N'est pas commun-iste qui veut.

 

Et voici pourquoi mon papa est un grand et vous un moucheron de la secte virtuelle jésuite endoctrinée à toutes les sauces fieleuses pour la gloriole.

Mais merci pour le renvoi vers ce livre.

Je vais le lire.

Posté par Anne H L à 08:43 - Permalien [#]

Merci au renard flic: je vais donc lire Suzanne Citron.

Après avoir lu Marcel Détienne.

Et sur ma foi d'anarchiste, je ne reconstruirai pas le mythe.

Les mythes bricolés pour faire tenir l'intenable et toute la misère du monde.

Posté par Anne H L à 08:39 - Permalien [#]

çà tombe bien: je n'ai pas de sac à main.

Ah si un très ancien dans un placard avec des étiquettes de manifs partout .....

 

Aujourd'hui j'ai un sac de rando pour quand je vais dans nos cités de bitume océaniques.

Faut ce qu'y faut pour trimballer dicos, livres de philo, broderies, fils et tout le nécessaire pour fuir l'abrutissement des forêts, des montagnes ou des prairies infectes du virtuel.

Posté par Anne H L à 08:36 - Permalien [#]

Oui je sais fides, l'étude est interdite comme tout: des poupées primitives qui n'ont rien à voir avec vos putes célestes en passant par l'éetude, le violoncelle et la démystification des auteurs nazis et des Macs du virtuel.

 

Mais la seule MAC que je connaisse c'est ma machine à coudre et je hais Nietzsche, Heidehgger, Cioran et tous ces connards de nihilistes qui confondent nihilisme idéologique et néant de l'astrohysique.

 

Et vous pouvez laisser tomber mon blogue.

J'aime seulement quelques articles très rares des Fleurs Arctiques.

Je n'aime pas la toile virtuelle peuplée de problématiques artificielles, de sectes et d'ignorance servant à la partager en deux clans régentés par deux navets réincarnés.

 

Et je me fous des guerres entre Bach et Mozart.

Bach et Mozart en ont rien à foutre de toutes vos conneries.

 

J'étudie et jem'intéresse à ce que j'aime.

J'en ai rien à foutre des projections imbéciles qui les transforme aussitôt en conneries patriarcales comme matriarcales dans lesquelles vous baignez vous aussi.

L'anarchie virtuelle me reste en travers de la gorge.

Et c'est absolument normal: tout est interdit, tout est violemment diffamant, vexant, prostituant, dans votre univers ui surfe sur celui des nazillons de la toile virtuelle.

Vous n'avez d'anarchistes que le mot. Vous défendez des porcs et des illuminés prophétiques qui veulent asservir l'univers des autres avec leurs putains de l'Acropole, de la Navarre ou de Célesteville.

Moi je suis une fleur du bitume, j'en ai rien à foutre de vos boutiqueries et de vos bouquets fanés.

Posté par Anne H L à 08:32 - Permalien [#]

Nous sommes tous africains.

Posté par Anne H L à 08:22 - Permalien [#]

Et on s'en fout de l'Europe.

C'est pas pour rien qu'on a voté contre et qu'ils ont transformé ce non en adoubement.

Posté par Anne H L à 08:22 - Permalien [#]

HEIDEGGER, MESSIE ANTISEMITE: "FAIRE SIGNE VERS LE DIEU"

Posté par Anne H L à 08:19 - Permalien [#]

HEIDEGGER, PROPHETE NAZI

Posté par Anne H L à 08:18 - Permalien [#]

L'HUMA

Finkielkraut et le recyclage du nazisme:

 

 

Posté par Anne H L à 08:18 - Permalien [#]

HANNAH ARENDT, HEIDEGERRIENNE ACTIVE ET ACCOMPLIE

Posté par Anne H L à 08:17 - Permalien [#]

HEIDEGGER: PHILOSOPHE NAZI ET IDEOLOGUE DU NAZISME

Et la conférence en entier:

 

 

Posté par Anne H L à 08:17 - Permalien [#]

HEIDEGGER: PHILOSOPHE NAZI ET IDEOLOGUE DU NAZISME

 

 

Posté par Anne H L à 08:16 - Permalien [#]

19 février 2020

JOURNAL DE BORD

Je pense que cette fée en hiver sera très jolie.

Encore une fois j'abandonne mes certitudes de brodeuse, mais pas toutes: il reste cet incontournable simplicité que je kiffe même avec ces modèles top délire de toute beauté.

Ainsi pour les Antigone, il y a trop de perles de pacotille et de fls metalliques. Si j'aime leurs effets qui vont tip top avec cet univers, il y en a trop à mon goût.

Je ne broderai pas les perles de ses vêtements: j'en déposerai seulement quelques-unes autour du modèle et aussi quelques-unes dans ses cheveux gris.

Il faut que çà scintille, mais pas que çà clignote comme un sapin de noël artificiel sans aiguille qui sente l'enfance, sans vraies oranges à ses pieds.

Posté par Anne H L à 09:18 - Permalien [#]

L'amour de la nature dans toutes ses contradictions: on est à la pointe de la technologie dès lors qu'il s'agit de harceler les petites sorcières et les hérétiques!

 

Mais basta, papotons de choses plus intéressantes que cet ego dithyrambique affectivement et humainement sidéralement vide et pervers.

Posté par Anne H L à 08:04 - Permalien [#]

Il y a des années que je colle un ruban adhésif noir sur l'oeil des caméras de mon ordi et de ma tablette.

Mais mes photos sont encore trafiquées et ma BAL et mon identité usurpée.

C'est pourquoi il y a le minimum ici.

Par contre j'ai acheté le smartphone d'une copine d'occaz et j'en ai besoin pour partager nos samplers. Et il se déclenche tout seul en rafale, strange!

J'ai aussi des SMS étranges, en rapport avec ce dont je papote sur mon blogue.

Heureusement, pas encore d'envois de liens pornos même si je me doute que çà ne saurait tarder de la part d'un ennemi aussi courageux!

Posté par Anne H L à 08:02 - Permalien [#]

LES BARBELES DE LA XENOPHOBIE

1024x576_1023243

 

 

 

La Grèce se cabre de plus en plus contre les migrants | Africanews

La Grèce, l'un des pays d'Europe les plus touchés par l'immigration clandestine (première porte de débarquement des migrants sur le continent européen) est désormais décidée à ne plus se laisser ''envahir'' par les demandeurs d'asile venus embrasser l'eldorado.

https://fr.africanews.com

 

Posté par Anne H L à 00:27 - Permalien [#]

Masi bon, plus rien de m'étonne de la part de toute cette bande.

Pas intéressant.

Passons à la suite.

Yes!

Vive la vie, vive l'étude, vive la broderie, et vive nos joies de vivre!

Posté par Anne H L à 00:26 - Permalien [#]

Tiens c'est drôle cette histoire de Kompromat parce que chez moi aussi la fonction caméra se déclenche toute seule à distance .....

Décidément .....

Les usurpations d'identité ne suffisent pas pour ce guignol.

Posté par Anne H L à 00:24 - Permalien [#]

Contrairement aux pervers et aux perverses qui hantent cette toile virtuelle, je suis bien trop occupée pour blablatérer.

J'ignore comment font tous ces gens pour s'auto-passionner à leurs propres histoires de pouvoir, de règne, de toute puissance et pour avoir l'envie par dessus le marché d'en papoter pendant des heures et des heures.

 

C'est sûr d'une certaine façon je suis une alien .....

Mais je préfère être alien qu'aliénée.

Posté par Anne H L à 00:15 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Il est tard, il aurait fallu que j'aille fermer mes yeux mais bon, ce sont les vacanes alors j'en profite: j'ai fini de broder sa première aile à une fée en hiver.

Je crois que ce sera joli.

Enfin on verra bien.

 

J'ai recherché tous mes modèles es fantasy aujourd'hui, du Moyen Âge aux modèles futuristes.

Et puis j'ai aussi ressorti mes toiles de lin Belfast parce que nombre de ces modèles contiennent des quart et des trois quart de points qui ne sont de fait pas réalisables sur de la toile Aïda.

çà me fait tout drôle de repasser à la toile de lin.

Mais bon, j'aime les deux.

çà dépend juste des projets.

Ces recherches archéologiques m'ont tellement occupée que je n'ai pas eu le temps de broder.

Alors il fallait bien veiller un peu tard car pour les brodeuses passionnées, "pas un seul jour sans un point".

:-)

Posté par Anne H L à 00:06 - Permalien [#]

18 février 2020

C'est chouette parce qu'en même temps que je rédige A L'ombre des samplers en fleurs, je rédige aussi ma thèse ...

Le monde de la fantaisie voisine avec la critique de la mythologie des enfers.

Enfin, on n'est pas si loin.

C'est rigolo ;-)

Posté par Anne H L à 23:36 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Pendant que le pervers narcissique excellait dans son rôle préféré, à savoir la profession de sauveur de ses intermédiaires comme moyen de se sauver lui-même de ses turpitudes et de son vide sidéral, j'ai fait des recherches es fantasy et Moyen Âge.

Je vous en papote bientôt.

Je vais de découverte en découverte.

La broderie est un art sublimissime et non je n'exagère pas.

Même pas un peu :-)

Posté par Anne H L à 23:33 - Permalien [#]

Je doute qu'il y ait un moteur dans cette néo-lutte des classes .....

Mais bon, on peut rêver y paraît, même si ce sont les nantis qui rêvent et les rêves des nantis donc ......

Posté par Anne H L à 22:35 - Permalien [#]

En Franco-France on a inventé une nouvelle classe sociale: celle des réactionnaires révolutionnaires de salon.

C'est à çà que servent les muses et la poésie ou la philosophie actuelle: à faire semblant d'être indigné tout en tirant sur tout ce qui change de son petit nombril.

 

J'ai rampé dans tes déserts immobiles,

rationné tes éclats de rire

Les jours baissent

la lumière nous enterre.

 

Sur ce à plus.

Posté par Anne H L à 22:06 - Permalien [#]

D'ailleurs chez Chabi, y'a plus que lui qui commente.

Moi je suis trop subversive comme toutes les femelles non béates.

La poésie est réservée dans ce pays aux ultra-catholiques ou aux nihilistes.

C'est un peu just pour l'intelligence à mes yeux, mais bon: nous vous contemplons, nous applaudissons et patientons en face de vos éternelles rediffs.

C'est chouette!

En attendant que çà passe, un jour peut-être, on peut rêver: on entendra d'autres voix.

Lorsque les instincts grégaires se seront tus dans leurs boucans et salades infernales.

Bon certes c'est pas pour demain ...

Mais nous travaillons, nous électrons libres, rares, brisés, muselés, harcelés, à faire ed ce pays de nazes et de nazillons, un autre pays dans lequel il fait bon vivre même lorsqu'on a refusé de faire le job de mumuses ou de copuler avec le génie de la poésie, de la philosophie ou de tout autre cuisine céleste réactionnaire.

 

Posté par Anne H L à 22:02 - Permalien [#]

Et puis comment çà se fait que vous connaissiez Van Gogh: il appartient à la culture de l'humanité.

Il a voyagé dans les livres et pour de vrai en empruntant des trains, des avions, des voitures.

Bon bien sûr il n'y a pas que Van Gogh: faudrait élargir un peu les obessessionnelles fixettes de monsieur mytique.

Pas sûr que Van Gogh, Porette et Artaud fasse un peu plus qu'un monde entier.

C'est plutôt le monde du prophète qui interdit les autres peintres, poètes, philosophes, historiens, mathématiciens, physiciens, astronomes etc.

Posté par Anne H L à 21:56 - Permalien [#]

C'est pas possible qu'il y ait tant de cons sur cette toile!

Tant de cons pour suivre et obéir à des cons!

Posté par Anne H L à 21:51 - Permalien [#]

C'est le piquet des barbelés qui vous regarde avec ses yeux tordus ou bien ce sont vos projections tordues qui plaquent des barbelés sur l'univers des autres?

Et si vous et vos timbré.e.s vous laissiez les autres respirer?

Les uns veulent lire, apprendre tandis que d'autres copulent avec la rhinocérite.

Chacun ses choix mais gardez-vous de planter des barbelés sur ma curiosité intellectuelle et mes jolis partages.

Allez vous en-plafonner ailleurs.

Posté par Anne H L à 21:50 - Permalien [#]

Il faut tuer Krismathoudit et tous ces prophètes à la mode qui brûlent tous les livres  et toute la culture du monde.

Et s'attaquer enfin au vraies racines de la misère: à savoir le capitalisme.

Et non pas aux boucs émissaires que cette bande d'abrutis invente pour se donner l'air de combattre autre chose que des moulins à vent et s'acheter de fait une bonne conscience en se contentant chaque jour de "y'a qu'à faut que".

Et par-dessus tout en interdisant tout: de la libre expression à la lecture dans une bibliothèque cosmopolite ouverte sur l'infini et l'immense intelligence humaine.

C'est bien les bonobos mais bon çà va 5 minutes!

Posté par Anne H L à 21:41 - Permalien [#]

Le harcèlement de la secte alter mondialiste virtuelle:

 

COMMANDO GOMESSENDE

ni dieu, ni roi, ni mondialisation; la voici une autre, qui sinon vieille, belle chanson

http://xjacques.blogspot.com

 

 

Tous les jours mon blogue revu et corrigé ......

 

 

Les ponts vivants ne mènent pas très loin: ils sont certes utiles et écologiques, mais lorsque vous vous mariez entre vous, lorsque vous excluez le monde entier, ce n'est pas toujours rose non plus.

Je suis pour un progrès raisonné et raisonnable. Mais c'est vrai, je suis pour les vrais ponts qui permettent par exemple à une ambulance de passer.

La folie capitaliste ne doit pas susciter en retour le repli sur soi identitaire.

 

Quant aux ponts simplement humains, en traitant les personnes qui en sont pas d'accord avec ce que vous défendez de "laide" j'en passe et des meilleures, c'est toujours cette même façon d'écrire par ouïe-dire, sans jamais chercher à comprendre ce que les autres ont à dire, indépendamment de vos cheftaines de sectes qui interdisent à peu près tout.

Aussi vous voudrez bien faire dans le solipsisme sectaire en dehors de mon blogue qui revendique le droit d'apprendre, d'étudier, de s'intéresser à tout plein de sujets qui fâchent votre gendarmerie sectaire. Désolée mais j'entends lire et partager ce que je lis jusqu'à mon dernier souffle.

La culture ed l'ignorance parce que Van Gogh n'a pas obtenu ce qu'il souhaite n'a aucune importance.

Personne n'est le centre du monde à part ces imbéciles qui se prennent pour dieu et leurs prophètes en forme de sectes.

 

Posté par Anne H L à 21:35 - Permalien [#]

17 février 2020

ARTECY: JULIETTE (Mini portrait)

Bonjour :-)

Et voilà, la belle Juliette d'Artecy, d'après le tableau de John William Waterhouse, est finie.

Ce fut une très belle découverte et mon tout premier modèle d'Artecy brodé. Certainement pas le dernier :-)

 

 

20200217_141855[1]

 

 

 

20200217_141958_Burst03[1]

Toile Aïda 18 ct (7 points au cm) et fils DMC

 

Ce mini portrait ne comporte que 5000 points mais j'ai trouvé qu'il était assez difficile à broder, entre Zolotoe Runo et HAED pour vous faire une idée, mais plus proche de HAED pour ce modèle en particulier parce qu'il comprend beaucoup de points isolés et donc beaucoup de changements à l'aiguille et d'errance parmi les symboles du diagramme et de la toile. Ce qui n'est pas le cas de tous les modèles d'Artecy. Mais c'est aussi ce qui en fait toute sa beauté: les couleurs sont très jolies et lumineuses. Très inhabituelles toutes ces nuances de roses au milieu des bleus profonds et des rouges écarlates.

Vraiment c'est un très beau modèle dont la difficulté est vite oubliée du fait de sa dimension et de son originalité.

 

Un second portrait m'attend, j'ai hâte de continuer à apprendre, et de broder, encore et encore .....

 

Je vous souhaite une belle et douce journée.

Radieuse.

In stitches.

:-)

Posté par Anne H L à 14:41 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Ma belle Juliette est finie :-) :-)

Posté par Anne H L à 12:30 - Permalien [#]

OVEN: ROBIN

J'adore ce modèle: il faudra que je le brode un jour.

Cela fait deux ans maintenant qu'il attend sagement dans mes panières; alors parfois je mets des photos de lui, avec des baies rouges tout autour de mon blog.

Et c'est drôle: les poètes s'en emparent aussitôt sans même savoir ce que ce modèle signifie dans mon petit havre de paix. Aussi vrai que la poésie c'est d'abord et avant tout l'art de se foutre des autres et de vendre des projections narcissiques en paradant comme un coq autour d'un monde qui soit disant n'existe pas. Et qu'on réinvente au gré de pulsions, de désirs, de fantasmes tyranniques. Un art de rois et de roitelets en bande en réalité. Nulle anarchie dans toutes ces salades.

La poésie, c'est d'abord et avant tout l'art de planter des drapeaux partout dans l'univers des autres, un art de mythologue délétère chaque jour à côté de la plaque ......

Avec cet art si subtil de récolter les fruits d'une gloriole vite allumée, vite éteinte, vite vendue, vite écoulée, vite stockée, vite éclipsée.

Un bail de cafards.

Tout une éternité terrestre usurpée.

 

 

20200216_111133[1]

 

 

Et puis il y a les autres, les vrais poètes, les très grands.

Ils sont dans nos coeurs jusqu'à l'obsession. Ils prennent toute la place chaque jour. Ils renvoient de grandes brouettées de neige, des paquets entiers, à la figure de tous ces messieurs-dames qui ont fait de la poésie une boutique commerciale printanière avec des étiquettes dans le sens du vent.

Comment peut-on vendre de la poésie encore en 2020, ce bien qui appartient à l'humanité tout entière? Ce bien qui, comme la santé ou les rêves, n'est pas une marchandise au service d'une bande de péteux et de nantis exaltés par des histoires de pythies et d'acropoles entre deux tournées de chiottes et de crottes délétères?

 

Editeurs, qu'avez-vous fait des poètes?

Rendez-les nous!!

Ils ne sont pas dans vos catalogues mais gisent dans vos corbeilles de fossoyeurs à foudroyer les mots, dans vos bassesses et vos mises à sac de ce peu d'intelligence qui restait encore ici et maintenant au fond de nous, et qui ne fut jamais à vendre.

Comment peut-on faire commerce de mots de poésie comme les politiques font commerce de mots?

Parce qu'on est un sophiste et un beau salaud en ce monde ma brave dame!

 

Et les voix se commutent: et la piperie et la menterie du monde a pris toute la place.

Et je cherche et je cherche, et je tourne les pages, le coeur serré, le coeur glacé, de ces livres qui me tiennent coite, qui ne m'apprennent rien, qui me désespèrent, qui m'ensorcèlent, qui me font mourir et vivre tout à la fois.

Ces mots qui me parlent de l'humain, loin si loin des robocops de la contrepètrie généralisée, adoubée par des muses enfourchées sur des balais d'indécence entre deux rétroviseurs qui valsent dans les essuis-glace de la censure adéquate.

Pour que tout çà continue de nous tricoter, de nous ficeler un monde qui n'existe pas en dégobillant ce monde dans lequel nous vivons, nous, pauvres humains, mes frères d'humanité inadéquate.

Essayons de nous tenir encore debouts, inaptes mais joyeusement désespérés, entre les crottes de chien et l'opulente prophèterie de mots ramassés à la pelle par toutes ces pelleteuses qui enterrent nos intelligences dans un éclat de rire sournois.

Posté par Anne H L à 07:40 - Permalien [#]

Sur ce je vais terminer la belle Juliette d'Artecy.

 

Excusez-moi d'avoir l'outrecuidance de m'intéresser à ...... ce qui m'intéresse.

Posté par Anne H L à 07:22 - Permalien [#]

16 février 2020

JOURNAL DE BORD

Ma Juliette d'Artecy est bientôt finie :-)

Posté par Anne H L à 10:31 - Permalien [#]

14 février 2020

 

Ane Brun

Ane Brun, de son vrai nom Ane Brunvoll, née à Molde le , est une autrice-compositrice-interprète norvégienne de folk indie. Ane Brun naît en Norvège le , à Molde. Elle est la fille de l'avocat Knut Anker Brunvoll et de la chanteuse de jazz et pianiste Inger Johanne Brunvoll.

http://wikipedia.org

 

Posté par Anne H L à 23:11 - Permalien [#]

Posté par Anne H L à 23:08 - Permalien [#]

MEMOIRES VIVES

Posté par Anne H L à 22:45 - Permalien [#]
Tags : , ,

Posté par Anne H L à 22:20 - Permalien [#]

A L'ETUDE: LE MONSTRE AUX LIMITES DE L'HUMAIN: BREVE HISTOIRE DE LA MONSTRUOSITE

Depuis la préhistoire jusqu'à nos jours, nous représentons des géants, des dragons, des loups-garous, des sorcières, et bien d'autres êtres dont l'aspect et les pouvoirs varient au gré de notre fantaisie et de notre imagination. Ces créatures sont une énigme autant qu'un défi. Objets de fascination, elles suscitent une quasi infinité d'émotions.

Quels rôles jouent-elles? Pourquoi nous fascinent-elles? Atemporels et universels, les monstres semblent interroger tout autant notre rapport au monde que questionner notre humaine condition.

 

Dans son célèbre Dictionnaire philosophique publié en 1764, Voltaire écrit qu'"il est plus difficile qu'on ne pense de définir les monstres". Le terme semble échapper à quiconque entreprend de le circonscrire, les monstres se dérobant justement aux normes de chaque époque et revêtant une infinité de formes.

Le mot serait apparu dans la langue française vers 1120. Il est un emprun au mot latin "monstrum", lui-même dérivé du verbe "monere" qui signifie "faire penser à", "attirer l'attention sur", "avertir". "Monstrum" relève du vocabulaire religieux, il désigne un prodige avertissant de la volonté des dieux, un signe à déchiffrer et, par extension, tout être ou fait qui s'écarte de la réalité. Le sens premier de "prodige, miracle" subsiste jusqu'au XVIe siècle, puis le mot prend une signification plus générale pour s'appliquer à un objet de caractère exceptionnel ou à un être surnaturel. Au XVIIe siècle, il désigne plutôt une chose mal ordonnée ou mal faite. Et le français contemporain a retenu les différents sens historiques du mot comme on peut le lire par exemple dans Le Robert: le monstre est un être vivant de conformation anormale, une personne d'une laideur effrayante, et enfin un être fantastique des mythologies et légendes.

S'il est difficile de proposer une définition globale et unique du monstre, une chose est sûre: on le rencontre dans toutes les formes de culture et dans tous les domaines de la connaissance:

- La culture populaire: Spiderman, aliens, E.T., Chucky et la Poupée sanglante par exemple

- Les folklores et les superstitions: le Yéti, leDahu, la bête du Gévaudan, le croque-mitaine, Baba Yaga et sa poule géante etc.

- Les mythologies: le Minotaure, le Sphinx, Anubis etc.

- Les religions: Satan et les anges, les djinns, Shiva, Ganesha etc.

- La science et la médecine: les mutants etc.

 

Tous sont excès, démesure, écart par rapport à la nature; tous mettent à l'épreuve raison et logique.

 

Dès la préhistoire, les hommes ont figuré ces créatures. Dans la célèbre grotte de Lascaux, on peut par exemple voir un homme à tête d'oiseau et une licorne (et oui, déjà une licorne ......)

Dans la plupart des civilisations anciennes, le monstre est à l'origine de l'univers ou permet de le circonscrire: c'est le cas de Quetzalcoatl (o avec un accent que je n'ai pas sur mon clavier), le dieu serpent à plumes du Panthéon des civilisations mésoaméricaines, dont on trouve des représentations du VIIIe siècle av. J.C. jusqu'à la conquête espagnole en 1521. Chef des prêtres, inventeur du calendrier et du livre, il est surtout vénéré pour avoir créé les hommes à partir de son propre sang et des ossements des morts des créations précédentes. 

Dans les légendes nordiques, le géant Ymir est démembré pour donner naissance à la terre, aux montagnes, aux rochers, aux arbres et à la mer. 

Dans les mythologies grecque et romaine, le monstre occupe les confins du monde connu: les créatures menaçantes que doit affronter Ulysse, les Cyclopes comme les sirènes, vivent à la périphérie de l'univers établi par ls récits d'Homère (en banlieue quoi ....) Le monstre y est également un obstacle à la sainte harmonie: ainsi dans la Théogonie d'Hésiode, c'est lorsque Zeus a renversé les titans que l'ordre peut s'installer en lieu et place du Chaos originel. Enfin le monstre est une punition résultant de la colère des dieux (et oui, déjà la furieuse religion catodique ;-)) Dans l'Odyssée par exemple, Scylla est une nymphette transformée en monstre marin par Circé et le Minotaure, un homme à tête de Taureau né de la volonté de Poséidon.

Dans la Bible, on trouve relativement peu de créatures fabuleuses: Béhémoth et le Léviathan sont deux monstres marins de la création originelle dont l'apparence n'est pas précisée - entre hippocampe géant, serpent, onagre (âne sauvage de grande taille d'Afrique ou d'Asie), dragon et rhinoceros des océans; la Bête de l'Apocalypse quant à elle, compte dix têtes et sept cornes, et incarne une opposition  démoniaque à Dieu et sa création.

Au Moyen Âge, l'intérêt pour les monstres est notoire. De même que dans les civilisations anciennes, le monstre a trait au divin, à cette époque la question des monstres est abordée à travers le prisme du catholicisme: ou bien ils sont l'expression de la colère divine,ou bien ils sont les envoyés du Diable. Dans les deux cas, ils sont considérés comme l'incarnation du Mal sur la terre. Et les "monstres humains", les hommes qui souffrent d'une déformation physique, n'échappent pas à ce jugement. leur humanité est remise en cause. Ainsi par exemple les enfants qui naissent avec une malformation congénitale sont souvent mis à mort et leur mère accusée de sorcellerie. Lorsqu'ils ne sont pas rejetés ou condamnés, ils sont exposés comme un phénomène de foire. A la fin du Moyen Âge, la représentation imagée des monstres fabuleux se généralise. des créatures apparaissent sous des formes insolites avec des membres atrophiés ou surdéveloppés qui se tordent dans les entrelacs des enluminures ou des chapiteaux des cloîtres. Dans Le Bestiaire sculpté, Victor-Henry Debidour explique que la multiplication de ces illustrations répond à des impératifs ornementaux propres à l'architecture des bâtiments et aux éditions des manuscrits de l'époque: "cette forme animale est littéralement capable de tout épouser, toute verticale, toute oblique et tous les passages de l'une à l'autre de ces lignes". Les dragons, les êtres protéiformes et bien d'autres êtres fantastiques offrent une solution pour combler les surfaces des éléments des bâtiments qui dépassent, des médaillons ou des courbures des lettres et enluminures.

A la Renaissance, les progrès de la science et la multiplication des récits de voyage mettent à mal les croyances superstitieuses.

A partir du XVIIe siècle, le monstre devient l'ennemi du Beau et de la vraisemblance recherchés par l'art classique. il choque la décence et dérange le goût harmonieux de cette époque. Si la figuration des monstres se poursuit à cette époque, elle est néanmoins soumise à certaines conditions: la représentation artistique du monstre doit être plaisante à voir. Au chant III de L'Art poétique, Boileau écrit par exemple:

"Il n'est point de serpent ni de monstres odieux

Qui, par l'art imité, ne puisse plaire aux yeux

D'un pinceau délicat l'artifice agréable

Du plus affreux objet fait un objet aimable."

Par ailleurs les créatures doivent être connues de tous et figurer dans un environnement identifiable sans peine, un contexte rassurant, l'habitude atténuant ainsi la surprise et la frayeur qu'elles pourraient provoquer. c'est pourquoi par exemple les jardins du château de Versailles sont décorés de centaures, de tritons et de fauves issus de la mythologie grecque, aux côtés de cerfs et de dauphins, des animaux réels et aisément reconnaissables. Enfin elles doivent signifier autre chose et servir d'emblèmes à des vérités de moraline projective. A cette époque par exemple, la licorne symbolise la chasteté et la luxure est figurée par un sphinx, un centaure ou une chimère.

Le XVIIIe siècle consomme le divorce entre monstres imaginaires et monstres réels. Pour les philosophes des Lumières, les créatures des mythes et légendes n'existent pas, ce sont des croyances d'un autre âge, indignes de tout homme guidé par la raison et recherchant la vérité. Ainsi dans L'Encyclopédie de Diderot, l'article "Monstres" ne comporte aucune entrée concernant des êtres fabuleux; seuls les hommes, les animaux et les végétaux y sont traités. A l'époque les "monstres humains" suscitent un réel engouement; ils sont un enjeu de savoir. Leur naissance n'est plus considérée comme la conséquence méritée d'un châtiment divin. Des scientifiques s'intéressent à la tératologie, une discipline nouvelle qui établit des classements des anormalités physiques et tente d'en déterminer la cause. un naturaliste, Geoffroy Saint-Hilaire, ordonne les "monstres humains" en deux catégories. il distingue les "monstres simples", des individus atteints d'une malformation localisée à un endroit précis du corps et les "monstres composés" des êtres qui représentent des caractéristiques physiques doubles. (Je mets des guillemets car évidemment cette typologie de la monstruosité fait froid dans le dos, mais elle a existé et se poursuivra par-delà les siècles par exemple avec les médecins nazis dans les camps de concentration.....) C'est également à cette époque qu'a lieu ce que l'on a appelé la "querelle des monstres", une dispute célèbre entre deux savants fous, Lémery et Winslow, le premier soutenant que les malformations physiques sont uniquement dues à des causes accidentelles, le second ajoutant qu'elles sont également congénitales. Aujourd'hui on sait que ces difformités peuvent être héréditaires ( à cause de la mutation d'un gène par exemple) et/ou acquises (résultant d'une carence, d'un virus ou d'une substance chimique).

Au XIXe siècle, le goût pour la littérature fantastique et les contes d'horreur assure au monstre une belle popularité: des éléments surnaturels sont introduits dans un cadre réaliste pour susciter l'effroi du lecteur. Le roman Dracula (1897) de Bram Stocker relate par exemple l'histoire d'un comte qui n'est autre qu'un vampire, une créature immortelle qui se nourrit du sang de ses victimes qui deviennent à leur tour vampires. Le fantastique est une composante du romantisme, un courant littéraire qui rompt désormais avec l'exigence de rationalité des Lumières et valorise l'expression des sentiments. Ce courant privilégie le monstre, figure de la démesure par excellence, en raison des émotions intenses qu'il suscite. A la même époque les monstres humains fascinent l'Occident. ils sont montrés aux yeux du monde dans des foires populaires et dans des expositions. Aux États-Unis par exemple, les freak shows mettent en scène jusqu'au milieu du XXe siècle des humains squelettiques, des siamois, des nains, des hermaphrodites, des femmes à barbe, des albinos etc.

Au XXe siècle, la modernité est loin d'avoir fait disparaître les monstres. D'une part, ils sont perçus comme une métaphore des excès de l'humanité; d'autre part, parodiés, ils voient leur image effrayante dédramatisée. Selon Yvanne Chenouf, spécialiste de la littérature jeunesse, dans la littérature contemporaine, "les monstres se sont progressivement glissés à l'intérieur de chaque individu". Dans la décennie qui précède la seconde guerre mondiale, des artistes, Salvador Dali, rené Magritte, Joan Miro, Marcel Duchamp etc. se réclament du surréalisme, un courant qui s'appuie sur la naissance récente de la psychanalyse pour créer une oeuvre qui ne serait pas influencée par la raison. La Femme assise au bord de la mer de Pablo Picasso montre par exemple un être morcelé, ouvert sur l'horizon lointain et composé de parties du corps annexées les unes aux autres de façon déroutante. Après la guerre dans Rhinocéros, le dramaturge Eugène Ionesco, représentant du théâtre de l'absurde, peint ce qu'il estime être monstrueux dans la nature humaine. La pièce relate une épidémie de rhinocérite qui transforme tous les malades en rhinocéros, comme un symbole de la montée du fascisme à l'aube de la seconde guerre mondiale ..... Les progrès vertigineux du septième art quant à eux, permettent à grand renfort d'effets spéciaux de représenter eds monstres terrifiants comme Kig Kong, Godzilla, ou des vampires, des loups-garous, des zombies ou des aliens. Cette époque cherche aussi à ridiculiser et à parodier les monstres. Le monstre poilu du conte d'Henriette Bichonnier suscite plutôt le rire que la peur. Il est incapable de courir, il est peu ingénieux et ne parvient jamais à manger des enfants. Dans Esthétique et théorie du roman, Mikhaïl Bakhtine interprète ces représentations contemporaines comme l'expression d'une volonté d'annihilation de ces créatures de l'imaginaire des hommes. En nous moquant d'elles, nous chercherions ainsi à les chasser de nos pensées.

(Le monstre aux limites de l'humain, notes du 14 février 220)

Posté par Anne H L à 20:08 - Permalien [#]

DARK CELLO ;-)

Posté par Anne H L à 19:38 - Permalien [#]

A L'ETUDE: DECLOISONNEMENT: LES CONTES DE SORCIERES

Posté par Anne H L à 18:49 - Permalien [#]

A L'ETUDE: LE MONSTRE AUX LIMITES DE L'HUMAIN

Posté par Anne H L à 18:44 - Permalien [#]

A L'ETUDE: LE MONSTRE AUX LIMITES DE L'HUMAIN

Posté par Anne H L à 18:31 - Permalien [#]

ZOLOTOE RUNO: SUMMER IDYL

Bonjour :-)

Alors, concernant la pêche à la ligne de notre petite fille rêvant au bord de l'eau, vous vous souvenez que j'avais la hantise de cet arbre immense. Jamais je n'avais brodé un tel dinosaure, pas même dans la forêt authentiquement résistante de mon Charles adoré.

J'avais donc commencé cet ouvrage sur la toile Aïda 18 count fournie dans le kit et puis continué sur une 16 count tout en bas à droite près de la rivière. Entre parenthèses mes indications géospatiales n'ont rien à voir avec le GPS des Saintes Inquisitions, c'est juste pour que vous vous y retrouviez dans l'univers de Zolotoe Runo, magnifique. Et puis en commençant d'autres ouvrages, dont celui consacré à la chevalerie et au Moyen-Âge, je n'ai pu faire autrement que d'opter pour la toile Aïda 18 count du kit tant il est immense itou. Je me suis donc résolue à avancer suffisamment en tendant correctement la toile dans nos tambours marrons indémodables depuis des décennies, mes préférés. Et je trouve que mes points sont tout-à-fait acceptables au regard de la brodeuse perfectionniste chiantissime que définitivement je suis, assume, voire même revendique d'être ..... M'en fous, ou plutôt tant mieux! Il en faut des comme çà dans ce monde corrompu dans lequel tant et tant se délitent, se dissolvent dans le moins pire selon leurs cloches et leurs commissariats es littérature délétères.

J'ai donc décidé de continuer La pêche à la ligne telle que je l'avais commencée au tout début finalement, et de m'attaquer d'emblée au motif que je redoutais le plus. Ce qui nous donne ceci:

 

 

 

20200214_083317[1]

 

 

20200214_083254[2]

Toile Aïda 18 count et fils Madeira du kit

 

Voici donc encore deux ou trois petites choses que j'aurais apprises en m'y confrontant vraiment. C'est chouette et je suis bien contente de m'entêter joyeusement. Car tout va bien pour le moment, même s'il est vrai qu'à mon avis je n'ai pas même brodé encore le dixième de cet arbre. C'est quand même chouette.

 

Il en va différemment pour mon Boubou qui boude aujoird'hui: lui aussi il veut plonger dans mes tiroirs et mes panières en osiers, papouiller fils et toiles et de préférence avec les babines qui s'égouttent après avoir bu un grand bol d'eau. Que du bonheur!

Je comprends pourquoi tant de brodeuses ont des chats.

Mais bon, c'est mon Eliott que je kiffe et mon arche de Noé sans discrimination, sur terre comme six pieds sous terre dans le seul paradis que je connaisse: celui de mon coeur et de mes souvenirs ..... Charly, Chiffon, Zoé, Juju le lapin, Igor, tous me manquent, terriblement.

Chat ou chien, lapin ou canard sans confit, cerfs sans Heidegger ou Finkielkraut, moutons de tous les pays des libellules bleues de la Terre ou chèvres sans Cioran, qu'est-ce qu'on s'en fiche: l'essentiel c'est de les aimer eux qui nous aiment tant.

Si les humains pouvaient parfois en prendre de la graine, même si vous le savez, je n'ai pas renoncé à l'humain pour ma part: jamais je ne retournerai ma veste, jamais je ne toiserai mes frères de Terre, car au fond cela revient à cela cette superbe imbécile qui prend nom de poésie comme de secte, de philosophie pur éliteux et de mauvaiseté, de bêtise tout court.

Je ne suis pas bâtie ainsi.

Renoncer, c'est juste dégueulasse et tellement facile.

Combien de dégueulasseries au nom d'une lucidité ou d'un humanisme de pacotille, sempiternellement à côté de la plaque, auréolés d'un silence complice!

Point barre!

 

 

20200214_083348[1]

 

 

Je vous souhaite une belle et douce journée.

Radieuse.

Et je souhaite à mes copinettes de jolies broderies, celles-là même qui les rendent joyeuses et non pas celles que leurs voisines exhibent et qu'il faut donc acquérir parce qu'il faut "posséder" à n'importe quel prix la dernière création à la mode fric et boutiqueries pour gouroute ultra-catholiques.

Bisoux et à plus tard.

In stitches.

:-)

Posté par Anne H L à 15:57 - Permalien [#]

L'homme du nihil est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:54 - Permalien [#]

La fée est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:53 - Permalien [#]

Le surfeur est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:52 - Permalien [#]

Ulysse est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:51 - Permalien [#]

L'enculeur de la camarde est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:51 - Permalien [#]

L'apiculpteur est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:50 - Permalien [#]

Le loup des steppes est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:49 - Permalien [#]

Le chevrier est un gourou comme un autre.

Posté par Anne H L à 14:48 - Permalien [#]

Votre Pierrot reste à la porte et toutes les colombines féériques cauchemardesques itou.

Ouf!

Posté par Anne H L à 13:40 - Permalien [#]

Je ne sais pas ce qui est le plus nul: les salades des poètes ou les articles en forme de foutaises qu'on écrit pour donner une contenance à leurs bobards.

 

Mais vraiment çà vole pas haut .....

Posté par Anne H L à 13:37 - Permalien [#]

unnamed

Posté par Anne H L à 13:36 - Permalien [#]

Tous ces gens civilisés veulent nous apprendre à vivre.

Soit.

Mais on ne vous a jamais appris que parler dans le dos des gens était mal élevé.

Les barbares, c'est vous et vous seuls engendrez vos propres enfers.

Posté par Anne H L à 08:30 - Permalien [#]

VIE QUOTIDIENNE

Comme çà fait du bien: j'ai super bien travaillé ce matin.

Et hier au soir, j'ai bien avancé ma broderie A la pêche à la ligne.

C'est un fait: le harcèlement n'a plus aucune prise sur moi.

Ce dont je suis heureuse non pas seulement pour moi uniquement car j'ai toujours été si solide .... mais parce que je parviens à reprendre ces échanges heureux, cette façon bien à moi d'écrire un blogue qui n'a nul besoin de comparer les êtres, les univers entre eux.

C'est cela la véritable curiosité intellectuelle. Ce n'est ni l'ambition cachée, ni le narcissisme, ni l'exploitation des êtres "qualifiés" d'inférieurs ou le tripotage des femmes par des personnages im-mondes, sous couvert d'humanisme de pacotille et de joie ou d'émancipations artificielles.

Passablement patriarcales comme matriarcales.

Réactionnaires et pire encore .... dans la confusion générale savamment orchestrée par des élites dominantes corrompues jusqu'à la lie.

 

Toute belle la vie de ce blogue.

Toute jolie la rédaction de tout ce qui m'intéresse.

Toute simple cette philosophie de la vie qui est mienne depuis toujours.

Posté par Anne H L à 07:53 - Permalien [#]

Emmanuelle rebut: c'est vous qui vous prostituez chaque jour dans l'ombre de vos maîtres mystiques, philosophiques et poétiques de merde.

 

Et c'est moi qui combat vos dépendances, vos lâchetés depuis plus de dix printemps, hivers compris.

Allez vous faire foutre ailleurs.

Posté par Anne H L à 07:41 - Permalien [#]

Pour ce crétin de LF d'extrême-droite: tu peux toujours prier dans ton champ d'obsurantismes ésotériques et chamaniques: jamais cela n'a fait venir la pluie.

 

Si elle vient, ce n'est que hasard des éléments de la nature sur lesquels l'hommene peut rien.

C'est cela remettre l'homme dans son contexte: savoir qu'il n'est pas un prophèt,qu'il n'est pas le centre et au centre de l'univers.

 

Par contre dans nos villes, dans nos cités de bitume, nous pouvons changer un peu la donne, lorsque les gens ne passent pas tout leur temps à prier avec des fachos dans leurs quartiers, des enfoirées et des mumuses de pacotille.

Va lire Basta, çà t'éclairera peut-être.

Encore que je crois que pour toi, c'est foutu: va finir de nidifier chez Heidegger ou Shopi et  Cioran.

 

Mais cesse de t'écorcher la gueule avec tes mots de fraternité comme s'il en pleuvait.

Va refourguer ton humanisme de pacotille dans le cul de tes prophètes du porno, de tes abeilles-fliques, de tes saloperies de chaque jour.

Posté par Anne H L à 07:39 - Permalien [#]

Oui on nous endort avec les très bons résultats concernant le cancer de la prostate pour ces messieurs ou du sein pour ces dames.

Mais c'est faux. Ce ne sont le plus souvent que rémissions temporaires qui se terminent le plus souvent en cancer des os ou en cancer généralisé ...

C'est la raison pour laquelle croissent les prophéties printanières et le mythe de la jeunesse éternelle, les idoles et les idolâtries qui font tant de business sur le désespoir des gens.

Et avec le traitement de la santé comme une marchandise, ce n'est pas près de s'arranger.

La voici la belle lucidité, celle quise lève chaque matin en refusant de vous raconter des bobards.

Les putes, c'est chez vous qu'elles couchent, dans vos lits de mémères infernales, de furies obscurantistes auto-proclamées lumineuses.

Posté par Anne H L à 07:35 - Permalien [#]

POUR LES SALOPERIES CATHOLIQUES DES SAMPLERS DES EGLISES MORTIFIEES

Les prières ne guérissent pas le cancer ma chère bénie oui-oui.

Seule la science et les progrès de la médecine le peuvent, encore qu'imparfaitement.

Car en réalité très peu de cancers sont guéris à l'heure actuelle dans ce sens où ils ne le sont que temporairement, sous forme de rémissions.

Et très souvent, trop souvent .... des mois ou des années après ils reprennent ailleurs.

Nous avons retrouvé des métastases dans les momies égyptiennes. C'est dire si les progrès sont difficiles en face du crabe. Alors que pour la rage et d'autres maladies, lesprogrès ont été foudroyants, en face du crabe on rame encore, laborieusement.

Il tue massivement encore de nos jours.

C'est pourquoi il faut doper la recherche publique, encore et encore, et non pas les églises privées et privatives de vos prophètes et gourous.

Posté par Anne H L à 07:29 - Permalien [#]

13 février 2020

Posté par Anne H L à 06:54 - Permalien [#]

A mon avis en écrivant le mot "philo", à ne pas confondre avec les profs de philo à la Shopi et heidegger, très ambitieux sous le manteau, ce blogue va enfin retrouver toute sa paix.

Le "nabot" pervers (c'est fait exprès: j'emprunte ce terme à la lutte des classes à la sauce nazie heideggerienne!) va aller dormir chez ses couleuvres et ses putains de la Res Publica.

Posté par Anne H L à 06:49 - Permalien [#]

Pour l'ambition, voyez chez Célestmaynia et sa première dame.

 

Moi je suis heureuse tous les jours si enfin on vient lire quelques textes de philo indépendamment de ces histoires de culs féériques alimentées par des poètes et des intello qui se prennent pour des petits dieux et qui amusent beaucoup cette pouffiasse, première dame de la biterie virtuelle.

 

Pouvons-nous enfin nous intéresser à autre chose qu'à des vaniteux en bande?

Posté par Anne H L à 06:38 - Permalien [#]

Je vous remercie infiniment de prendre soin de mon âme, mais ma vie privée va très bien.

Et ma vie virtuelle itou.

 

Pourriez-vous écrire la vôtre?

Posté par Anne H L à 06:35 - Permalien [#]

HARCELEMENT ET PERVERSION NARCISSIQUE: JOUR 1

 

Punition divine

Elle qui croyait vivre une grande romance, De celles qui conduisent à se vêtir de blanc Pour s'unir à jamais, l'œil, de joie, se troublant Au moment du baiser ! Les ennuis recommencent : Comme elle ne veut pas, du fait d'un mal immense, D'un rapport sexuel, son ancien prétendant (Devenu son amant), sa dignité...

http://misquette.wordpress.com

 

Posté par Anne H L à 06:34 - Permalien [#]

12 février 2020

Tant de fois postée ....

 

 

Posté par Anne H L à 21:24 - Permalien [#]

Je ne ferai jamais un seul pas vers tous ces cons, ensemble.

Posté par Anne H L à 21:22 - Permalien [#]

Je n'aime pas tous ces gens qui se la pètent.

Je me fous complètement d'eux.

Posté par Anne H L à 21:17 - Permalien [#]

Ils brassent du vide ...

En faisant beaucoup de bruit.

Posté par Anne H L à 21:08 - Permalien [#]

La fée, les sectes, XYZ?

Tous ces suiveurs, tous ces disciples, toutes ces moralineuses, ces messeuses?

De la daube!

Posté par Anne H L à 21:07 - Permalien [#]

Parce que j'aime les personnes ordinaires.

Parce qu'il y a en elles beacoup plus d'amour que dans les grands mots des gens pompeux qui théorisent la vie des autres depuis leurs nombrils ridicules.

Posté par Anne H L à 21:02 - Permalien [#]

Posté par Anne H L à 21:00 - Permalien [#]

A L'ETUDE: STEPHANE AUDEGUY

 

Stéphane Audeguy

Stéphane Audeguy, né en 1964 à Tours, est un écrivain français contemporain. Il enseigne l'histoire du cinéma et des arts dans un établissement public des Hauts-de-Seine. Le roman chez Stéphane Audeguy fait une belle place aux sciences dures et aux sciences humaines : haut degré de précision, chiffres, dates, noms propres et progression par apposition servent de caution à la scientificité du propos.

http://wikipedia.org

 

 

Nous savons [....] que nous sommes  l'origine et la fin de tout monstre, que nos peurs les appellent, que notre regard les constitue, que notre société les secrète".

(Stéphane Audeguy, Les Monstres in Les Monstres aux limites de l'humain)

Posté par Anne H L à 14:57 - Permalien [#]

A L'ETUDE: LA CONTROVERSE DE VALLADOLID

L'horreur des massacres perpétrés par les colonisateurs espagnols à l'encontre des peuples amérindiens donna lieu à un vaste débat politique et religieux, connu sous le nom de controverse de Valladolid retracé dans le roman historique de Jean-Claude Carrière.

Organisé par l'empereur Charles Quint entre 1550 et 1551, ce débat a principalement opposé le théologien Juan Guinés de Sépulvéda, partisan de la conquête et de l'asservissement des Amérindiens au nom de leur propre bien ...., au prêtre Bartolomé de Las Casas, l'un des plus fervents défenseurs des Amérindiens et auteur d'un ouvrage sur le sujet qui fit date: "Très brève relation de destruction des Indes". Ce livre est à la fois un terrible réquisitoire contre les cruautés de l'exploitation des indigènes et un plaidoyer humaniste pour la tolérance.

 

SEPULVEDA:

Je ne nie pas leur condition humaine. Ce serait absurde. Je dis simplement qu'ils sont au plus bas étage de cette condition. Au sens où Aristote l'entend *. Je dis que leur ignorance et leur naïveté n'ont pas de mesure. Ils offrirent des volailles aux chevaux, car ils pensaient que les chevaux parlaient, qu'ils donnaient des conseils aux cavaliers! Ils croyaient que les Espagnols étaient nés adultes, sans mère, avec leurs habits et leurs armes, et qu'ils étaient immortels! Ils prenaient la croix pour un dieu! Et la messe pour une pratique magique!

 

LAS CASAS:

On ne faisait rien pour les détromper.

 

SEPULVEDA:

Lorsqu'arrivèrent les religieux, qui eux ne demandaient pas d'or ....., les Indiens furent épouvantés par leur pauvreté. ils racontaient même que les moines étaient des morts, oui, des cadavres animés, et que la nuit ils abandonnaient leurs robes pour rejoindre leurs femmes en enfer! Et revenir au petit matin!

 

LAS CASA:

Et nous? N'étions-nous pas naïfs et ignorants? N'allions-nous pas chercher des sirènes et des amazones? Des hommes avec la tête dans la poitrine? Des pygmées se drapant dans les plis de leurs oreilles? Éminence, le monde est plein de rêves et de rumeurs. Ce continent nous était inconnu. Il a grandi dans l'isolement, depuis peut-être des milliers d'années. De là nos yeux éblouis, nos visions! La rencontre a stupéfié le monde.

 

SEPULVEDA:

Et savez-vous pourquoi? Parce que rien n'était semblable! Même les animaux, même les plantes étaient d'espèces différentes! Il n'avaient ni boeuf ni mouton! Ni lion ni girafe. Nous n'avions ni jaguar, ni colibri. et ainsi de suite. Pourquoi dans deux mondes si divergents, les êtres à l'apparence humaine seraient-ils les seuls à être semblables? Éminence (Sépulvéda s'adresse au cardinal présent au débat), tout indique que Dieu les a désignés à notre pouvoir. Il a attendu que notre victoire sur les Maures fût complète avant de nous guider vers ces rives nouvelles. Et il a voulu nous les soumettre. Il a donné aux indigènes un esprit faible, incapable de comprendre les choses les plus simples, comme la rédemption du Christ ou le pardon de la Confession.

 

LAS CASAS:

C'est ce que vous appelez les choses les plus simples?

 

SEPULVEDA:

Ils n'ont aucune activité de l'esprit, aucune idée de l'art!

 

LAS CASAS:

Mais je ne peux pas laisser dire çà! Aucune activité de l'esprit! Mais en ce moment même à Mexico, les franciscains ont ouvert un collège, où les fils des princes  aztèques reçoivent notre éducation! Et ils ont les mêmes dispositions, les mêmes résultats que les Espagnols! Ils font même des vers latins.

 

SEPULVEDA:

Vous avez bien dit: les fils de princes. Supposez-vous que là-bas aussi existeraient des catégories supérieures? Qu'ils ne seraient pas tous du niveau le plus bas?

 

LAS CASAS:

Les autres ne sont pas admis dans nos collèges. Et vous dites aussi: aucune idée de l'art! Comment affirmer que leur expression est très inférieure à la nôtre, sinon pour nous donner le droit de la détruire? Car c'est ce que nous faisons, depuis le début! Nous brûlons leurs écritures! Nous cassons leurs statues! Nous barbouillons leurs fresques! Et quelle architecture! Avant que nous abattions toutes leurs villes, Cortés écrivait au roi d'Espagne qu'il n'avait rien vu d'aussi beau sur ses terres!Il disait exactement ..... (il saisit une feuille et lit.) "Rien de comparable en Espagne", "la plus belle chose du monde" .... Et que dire de cette phrase: "Quelques-uns d'entre nous se demandaient si ce que nous voyions-là n'était pas un rêve ...."

Un rêve .....

(Jean-Claude Carrière, La controverse de Valladolid in Les représentations du monde)

 

* = non doués de raison. Aristote est un philosophe pour lequel la capacité de raisonner caractérise la condition humaine et place l'homme au sommet de la classification des êtres vivants. De ce fait, ceux qui sont au plus bas de la condition humaine sont donc les hommes dépourvus de raison!

Posté par Anne H L à 14:50 - Permalien [#]

Posté par Anne H L à 14:18 - Permalien [#]

Parce que la musique se fout des guerres des deux "imbéciles" de la toile virtuelle.

Parce qu'elle se fout des frontières et des cloches ....

Posté par Anne H L à 13:49 - Permalien [#]

Posté par Anne H L à 13:47 - Permalien [#]

Poursuivons ce joli blogue.

Faisons fi de tout cela.

C'est complètement et définitivement inintéressant .....

 

Je me demande comment je fais avec une telle violence et un tel harcèlement, mais je sais que j'ai raison parce que les "gueux" de ce monde me le disent tous les jours ou presque.

Alors poursuivons mes chéri.e.s à moi que j'aime et que j'adore.

:-)

Posté par Anne H L à 12:06 - Permalien [#]

L'amitié en fonction du mérite.....

Quelle belle philosophie de la vie!!

Mais il est vrai que mea culpa maxima, je vous ai refusé la mienne car je savais ce que vous drainiez en matière d'idéologies de nazillons de toutes paroisses.

 

Aujourd'hui vous ne savez toujours rien de mes ami.e.s. à l'exception de ce qu'invente votre morpion pervers.

Car en réalité dans cette profiusion qu'est la vôtre, il n'est d'autre altérité que la rumeur et la source unique.

Bonne continuation Célestine: je suis ravie de ne rien vous avoir apporté d'autre que vos propres pillages égocentrés.

Posté par Anne H L à 12:03 - Permalien [#]

LA "POPULACE" DES FOURMIS ....

.... qui n'ont pas le temps ni le luxe de cafarder à leurs fenêtres:

 

 

menage a domicile > site internet dynamique > cherche menage chez particulier

Exemple Exemple annonce annonce femme femme de de menage: menage cherche vu femme par de l'employeur' menage et particulier. la femme de ménage. Ce n'est' pas ainsi que l'on' donne envie à quelqu'un' de travailler chez vous. De toute façon, tout un texte en majuscule est très difficilement lisible.

http://menageetvous.be

 

Posté par Anne H L à 08:11 - Permalien [#]

DE LA CENSURE

Avant que mon commentaire ne soit effacé ou qu'il fasse l'objet d'une réponse à côté de la plaque, je le reposte ici car cela fait longtemps que j'écris que j'en ai assez que les moinesses viennent piller mon blogue pour en faire n'importe quoi au nom de la Sainte Inquisition et de la culture béate de l'ignorance.

A lire chez la rêveuse des mots des autres qu'elle passe son temps à massacrer chaque jour, et chez tous ceux qui font du blogue des autres un paillasson et un cauchemar sous le prétexte que ces "autres" sont des électrons libres et qu'ils lisent autre chose que des histoires de rosée, de perles ou de mousses extatiques.

 

Anne L a dit…

Que vous soyez croyante est une chose. Que vous écriviez de la poésie religieuse en est une autre. Mais que vous dirigiez une maison close en vue de prostituer les électrons libres, les philosophes, les non béats qui font place au chaos et aux ténèbres est inadmissible. Car nos chaos ont un sens philosophique que vos Lumières éteignent à force d'obscurantisme. Et votre blogue ressemble à celui de la Grande et Sainte inquisition chargé de brûler des péchés imaginaires de votre imagination en délire!
Personnellement j'ignore quand mais je vais reprendre le partage de mes études de philosophie sur mon petit blogue dont vous voudrez bien vous absenter définitivement au nom de la séparation de l'église et de l'état. La censure ne passe pas par mon blogue et Dieu est mort.

Posté par Anne H L à 08:03 - Permalien [#]

11 février 2020

JOURNAL DE BORD

Depuis que ce timbré pervers et bourré squatte ailleurs, j'ai retrouvé toute mon énergie et ma joie de vivre à son plus haut niveau, c'est-à-dire comme avant de croiser la route de ces psychopathes de chaque jour.

Et c'est reparti avec Zolotoe Runo itou.

Et comme je suis retombée en amour avec la toile Aïda 18 ctfinalement, j'ai repris le début de la pêche à la ligne comme commencée au tout début.

Et tout va bien 😊

Je vous en papote bientôt.

 

Comme la vie est belle.

Sans doute nos plus belles années .....

 

Posté par Anne H L à 23:12 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Un PN se prend toujours pour dieu.

Arrête ton char et va expier chez tes maîtres es philo nazie.

Basta!

Posté par Anne H L à 23:04 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

La palette du lac Baïkal :-)

 

20200210_111017[1]

Posté par Anne H L à 20:40 - Permalien [#]

10 février 2020

Sûrement des pommes de terre rissolées avec beaucoup d'ail.

Miam 🌴

Posté par Anne H L à 19:37 - Permalien [#]

Si vous vous emmerdez allez chez vos chiennes à la Pavlov, çà les fera écrire ce quevous attendez, comme d'hab.

Ici çà tombe tous les jours à l'eau la dictée des mortadelles et des maîtres es tyrannie.

Le bonheur en somme .....

Posté par Anne H L à 19:33 - Permalien [#]

Ce soir je me cuisinerai un bon petit plat.

Et puis je déposerai une seconde couleur sur ma toile.

 

L'étude partagée ici, que je n'oublie pas une seule seconde, reprendra lorsque je l'aurais décidé.

Mais elle reprendra car on se fait trop chier .....

😨

Posté par Anne H L à 19:29 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Aujourd'hui pour des raisons de vie privée je n'ai rien fait d'autre que me plonger dans la culture de l'univers Riolis et poser les toutes premières croix sur le lac Baïkal.

Exceptionnellement je n'étudierai même pas, ni ne lirai.

C'est jour de fête.

Journée de femme en dehors de THE journée de la femme auto proclamée pour des raisons patriarcales .....

 

J'ai beaucoup ri car je me disais que c'était très drôle et très chouette de passer de la broderie de nos samplers anciens en 40 count et donc 8 points dans 1 cm, à la broderie russe sur une toile Aïda 10 count et donc seulement 4 points au cm.

Avec de la laine comme aiguillée de plus, (2 voire 3 brins), j'ai davantage l'impression de tisser plutôt que de broder.

C'est absolument génial.

:-)

Posté par Anne H L à 19:21 - Permalien [#]

Votre règne n'a jamais commencé ici.

Va têter tes vulves célestes entre deux lys et deus lilas entrecoupés de têtées de cigarettes électroniques prolongeant la tétine féerique.

Bref, dégage!

Posté par Anne H L à 19:10 - Permalien [#]

Je ne suis pas fée, ni lune, ni soleil.

Je suis femme.

L'égale des électrons libres de ce monde.

Quant à ma vie sentimentale et à mon corps, comme toutes les femmes émancipées, j'en suis la maîtresse absolue.

Et de la même façon qu'un homme, je m'intéresse à la poésie ou à la philosophie, pas à vos histoires de bites soutenues par des mumuses frustrées en mal et en mâles d'amour.

Posté par Anne H L à 19:08 - Permalien [#]

Il n'y a pas de maestro dans ma vie, et de Vivaldi je déteste les 4 saisons.

 

Maintenant sic'est une façon de faire faire la pute aux femmes émancipéescomme vos putains célestes et de nous obliger à nous abrutir chez des poètes comme Jacquot ou des philosophes nazis, c'est raté.

 

Les femmes étudient, lisent, rêvent, écrivent et n'ont pasbesoin de coq ni de lambertito faux-cul mystique qui n'a rien gaulé ni à la vie, ni aux femmes.

Je plains la vôtre: servir de grotte maternelle à bite pour poète immature, quel sacerdoce!

Posté par Anne H L à 19:03 - Permalien [#]

Nan, la science n'est pas écrite par terre dans les plates bandes bandantes d'uneforêt de symboles.

Basta!

Posté par Anne H L à 18:48 - Permalien [#]

Oui, thèse de philo et lac Baïkal: çà change un peu des récitations zen.

Il paraît que les tempêtes sont originales et joyeuses.

Dixit les personnes qui m'adorent et que j'adore.

Posté par Anne H L à 16:19 - Permalien [#]

Dix ans de tourments.

De harcèlement.

Mais c'est fini.

 

Bon, j'aime tellement la vie que c'est dommage que ces dix années à ne rien apprendre, à ne pouvoir rire aux éclats, ne puissent se ratrapper.

Mais bon la cloche a sonné, c'est déjà çà: vive la récréation!

Et enfin un peu d'intelligence .......

Merci.

Posté par Anne H L à 16:16 - Permalien [#]

Tout va bien pour la tempête: j'étudie, je rédige ma thèse, et je brode le lac Baïkal.

 

Quel changement de toile ....

Plus de problématiques blablatères, de philosophie réactionnaire en forme de délits de sale gueule, plus de poètrie allégorique.

 

J's'rais zen je dirais que j'ai quasiment atteint le nirvana mdr!

 

Quel soulagement!

Posté par Anne H L à 16:13 - Permalien [#]

Et après de chevillon à génuflexion, tous de se demander qui de la poule ou de l'oeuf a pondu. Comprenne qui pourra.

Mais mes braves m'ssieurs-dames, ce ne sont pas les poules qui pondent: ce sont les coqs et la reine des abeilles qui fait aussi coccinelle, libellule etc.

Car Arlequine est couverte de mosaïque caléïdoscopiques et Pierrot se fond dans ses culottes petits bateaux: le plus grand fantasme que la Franco-France de la Terre ait jamais portée en terme de révolutions patriarcales.

Bref ils sont à la traîne.

Mais on s'en branle: y'a des gueux qui se lèvent plus tôt pour qu'ils se servent.

Posté par Anne H L à 14:17 - Permalien [#]

Tous les jours ils radotent the same.

Ensemble.

 

Alors d'abord je me lève à 5h du mat'

Ils ont droit aux tempêtes et hurlements du monde: c'est vrai qu'avec les Antigone, ils ont découvert RTO, Zolotoe Runo, les différentes techniques de broderie, Françoise Hàn, de vrais textes de philo, tout plein de musiques du monde, des petites cogitations non transcendantales. C'est emmerdant quand même.

 

Bon, ensuite ils se tapent de la poésie franc-maçonne.

Après y'a redondance de messe: les relais sont pris sur l'autoroute génuflexive. Et zou que teinte les cloches et les nuages de lait.

 

Enfin 5 à 6 heures fumantes de brume délétère après le lever des Antigone, les nuages de lait finissent dans le café de l'astre qui paraît enfin et rafle la mise.

Je suis officiellement déclarée frappée de sorcellerie et de tous les défauts de la terre par la reine des vibrations telluriques blablatères nocturnes tandis qu'elle n'a plus qu'à recopier mes études.

 

Et les poètes, et les intellos d'applaudir.

Avec auparavant un petit couplet d'encouragement de philosophie mâle pour orienter tous les écrits de la toile de la secte de la biterie mystqiue.

Et depuis quelques temps çà s'aggrave parce que les Antigone sont des musulmanes intégristes qui ne veulent pas baiser comme tous ces arriérés que sont mes frères de Terre.

Ah là là la toile virtuelle franco-française, queue du bonheur!

 

Et le lendemanin zou: show must go on: confusions de toutes les problématiques, tous les sujets, tous les articles, toutes les personnes.

 

Mais l'essentiel est sauf: la moraline fume sur le tas de fumier d'un coq qui fait prospérer sectes et mumuses célestes. Ce qui compte c'est pas le nombre marqué sur la vulgaire feuille de salaire des pauvres gens, mais le nombre d'or de la secte royale pythagoricienne du popot-laine des jours. Combien la reine a-t-elle pondu, quelles alvéoles a-t-elle remplie (pas de troutrou entre nous hein)? La gelée spermique est-elle de royale consistance et ascendance; et non pas descendante au nom de la secte de la jeunesse éternelle.

Youpi!

 

C'est quoi j'dis: une vraie maison de retraite en forme de cloches.

Posté par Anne H L à 14:08 - Permalien [#]

Que n'écrit-on pas pour abrutir et contrôler les gens!

Posté par Anne H L à 13:21 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

J'aime Riolis.

Hier j'ai continué la broderie du village en hiver.

C'est magnifique.

J'adore broder avec de la laine.

Posté par Anne H L à 07:26 - Permalien [#]

JOURNAL DE BORD

Jour de fête.

Aujourd'hui, 10 février 2020, je vais déposer les tous premiers points du lac Baïkal de Riolis.

Nul besoin d'en dire plus.

:-)

Posté par Anne H L à 07:21 - Permalien [#]

Je me fous de vos histoires de lilas comme de vos histoires de latrines.

C'est votre came, votre religion, pas la mienne.

Heraus!

Posté par Anne H L à 07:20 - Permalien [#]

J'en ai ras les couettes des religions virtuelles.

Posté par Anne H L à 06:41 - Permalien [#]

Je vis sur terre: c'est moins grandiloquent mais beaucoup plus intéressant.

Et bien plus joyeux à dire vrai.

Posté par Anne H L à 06:40 - Permalien [#]

Vos écrits sont inintéressants bien que vous vous preniez pour des êtres supérieurs, éminemment intéressants.

Posté par Anne H L à 06:39 - Permalien [#]

Notre monde est dur mais joli et solidaire.

Votre monde de poésie et de philosophie virtuel est un monde de fachos, de nombrilistes, de moralineuses et de killers de joie.

C'est tout.

Posté par Anne H L à 06:38 - Permalien [#]

Adam n'est pas le fils de la terre.

Il est le père et le fils de vos puteries célestes.

Posté par Anne H L à 06:30 - Permalien [#]

Je crois à la science raisonnée, à la démystification et à l'esprit critique.

Je ne crois pas aux révélations de vos prophètes.

Posté par Anne H L à 06:28 - Permalien [#]

C'est aussi et c'est surtout cela le nazisme: critiquer les autres sans jamais se critiquer soi-même parce qu'on croit à l'existence d'êtres supérieurs aux autres, parce qu'on adhère à des valeurs immondes que l'on pose comme exceptionnelles.

Tout en exhibant le nihilisme comme un vivier qui contient toutes celels qui accomodent une race d'êtres supérieurs.

Rien à voir avec le néant de la physique.

Posté par Anne H L à 06:26 - Permalien [#]

Je veux que vous regagniez vos mystères, de merle à LF, en passant par Carlito ou Dilettante.

Je ne suis pas aussi riche que vous.

Et je ne crois pas à vos délits de sale gueule.

Je hais vos inquisitions permanentes qui se trompent de personne.

 

Allez harceler d'autres personnes si vraiment c'est tout ce qui vous fait écrire.

Vous êtes tous à côté de la plaque.

Posté par Anne H L à 06:19 - Permalien [#]

Je méprise profondément l'écologie mystique parce que cette écologie méprise les pauvres de ce monde.

Il leur est fait grief de tout: de ne pas surfer sur l'art de la dorure céleste, d'aller gagner sa croûte lorsqu'on n'a pas d'autre choix, de survivre comme ils peuvent dans un monde de friqués qui défendent la biterie mystique comme le roi et le néo-prophète d'unmonde dont il ne sait rien.

Et toutes ses servantes et ses courtisans ne font que rendre invisibles les pauvres gens.

C'est du foutage de gueule intégral caché sous de jolis mots imbéciles et cruels.

Posté par Anne H L à 06:16 - Permalien [#]

Le mysticisme virtuel n'est qu'un erstaz de comédie.

Il surfe sur l'idéologie pure et dure qui consiste à poser le poète visionnaire de sa biterie céleste comme un être d'exception toisant le monde parce qu'il s'est trompé de monde.

Posté par Anne H L à 06:13 - Permalien [#]

Vous qui assimilez musulmans et intégristes, je vous ai vu tant de fois citer avec extase la Bible.

Votre critique des églises ne concerne jamais  l'église catholique.

Posté par Anne H L à 06:10 - Permalien [#]

09 février 2020

Posté par Anne H L à 20:23 - Permalien [#]

Posté par Anne H L à 20:22 - Permalien [#]

LECTURES

En fait ce sont des textes venus de toutes les régions et de toutes les époques du monde, réunis autour de ces trois problématiques.

Passionnant.

 

 

20200208_154319_HDR[1]

Posté par Anne H L à 07:43 - Permalien [#]

08 février 2020

RTO: WINTRY DAY

Bonjour :-)

Comment allez-vous?

En ces magnifiques journées qui défilent dans une paix profonde dans ce petit havre de paix, j'ai fait le point sur nos ouvrages russes, ukrainiens et estoniens qui m'enchantent tant en cette jolie décennie qui se profile ..... Et je ne suis pas trop mécontente car je me suis aperçue qu'en découvrant de nouvelles techniques de broderies au cours de ces deux dernières années, avec bonheur, je ne devrais recommencer que deux ouvrages seulement: un Zolotoe Runo dont je vous reparlerai plus tard et cette magnifique aquarelle reproduite par RTO.

 

 

20200208_140855[1]

 

20200208_140915[1]

 

20200208_140926[1]

RTO: Wintry day

Chart design: Elena Zvezdina based on an artwork by Sergey Uvarov

 

J'ai recommencé cet ouvrage pour deux raisons: d'abord parce que j'ai trouvé un cadre qui lui conviendra parfaitement point de vue dimensions, mais à condition de le broder sur une 14 ct et non une 16 ct. Cela me permettra de réaliser l'encadrement moi-même. Cependant si c'était l'unique raison je ne l'aurais pas recommencé et je l'aurais confié à ma super encadreuse. Mais de plus cet ouvrage est très hard à broder. Or j'avais commencé au centre et la lecture du diagramme de ce fait n'est pas naturelle pour moi. Je préfère lire en descendant. Or cette lecture difficile augmente encore la difficulté de l'ouvrage. J'ai donc choisi d'en faciliter au moins la lecture.

Cependant je m'habitue progressivement à la difficulté au fur et à mesure que la broderie avance, et donc çà va de mieux en mieux. Mais je saurais dorénavant  que pour moi (car toutes les brodeuses sont différentes), il vaut mieux débuter tous les ouvrages par le haut. A chaque brodeuse ses préférences méthodologiques.

Les couleurs comme habituellement avec RTO sont just amazing: un pur bonheur que d'emmêler couleurs et points en autant de déclinaisons. Pour la partie des arbres par exemple, qui oscille entre des jaunes, roses, violets, écrus, gris et bleus tous plus beaux les uns que les autres, nous avons du point de croix en deux brins, du point de croix en un point, du demi point en deux brins et des fils de brins différents à l'aiguille. Et cela nous donne ce ciel magnifique aux couleurs si originales.

La joie de broder est décidément infinie.

 

Je vais maintenant continuer mes autres RTO en cours et puis lire un peu.

J'ai trouvé trois petits livres surprenants que je suis en train de lire actuellement .....

Je vous souhaite une belle et douce journée.

Radieuse.

In stitches.

:-)

Posté par Anne H L à 14:43 - Permalien [#]

07 février 2020

Votre "savoir" est approximatif: Montaigne n'a pas écrit "Tout homme porte en lui la forme entière de l'humaine condition" mais "CHAQUE homme porte en lui la forme entière de l'humaine condition".

Et c'est complètement différent.

Posté par Anne H L à 18:37 - Permalien [#]

C'est le plus grave des génocides à l'origine de tous les autres.

Mais c'est pourtant celui qui n'a jamais été reconnu par aucun tribunal.

Les tribunaux des Res Publicae préfèrent faire "paraître" à la barre ceux qui ont volé une pomme parce qu' ils crevaient de faim.

Posté par Anne H L à 12:49 - Permalien [#]

REVOLUTIONS

Un jour mes frères de Terre, il faudra juger tous ceux qui ont collaboré à ce monde inique et cruel, qui en furent satisfaits et béats, qui l'ont permis, conforté, renforcé: il faudra juger la pauvreté comme un crime de guerre perpétré à l'encontre de l'humanité tout entière.

Posté par Anne H L à 12:43 - Permalien [#]

Merci infiniment Saïd :-)

 

 

Multiplicité et unité des violences islamophobes De quoi Claude Sinké est-il le nom ?

L'ancien militaire et ex-candidat du FN dans les Landes, Claude Sinké, a avoué être l'auteur des tirs contre la mosquée de Bayonne ayant grièvement blessé deux fidèles. Fan d'Éric Zemmour, il s'estimait selon un de ses post facebook, en " guerre contre les islamistes ".

http://bouamamas.wordpress.com

 

Posté par Anne H L à 11:42 - Permalien [#]

LA NATION FRANCO-FRANCAISE ET LA CHASSE A L'HOMME

 

LA FRANCE, LE LABORATOIRE MONDIAL DE L'ISLAMOPHOBIE

LA FRANCE, LE LABORATOIRE MONDIAL DE L'ISLAMOPHOBIE De la patrie des droits de l'homme à la patrie de la chasse à l'homme et à la femme musulmane, la France est devenue aujourd'hui le laboratoire mondial de l'islamophobie qui inspire les terroristes de la mouvance suprémaciste blanche, lesquels se considèrent en

https://blogs.mediapart.fr

 

Posté par Anne H L à 11:40 - Permalien [#]

LA CHASSE A L'HOMME

 

Barbe, prière, ramadan... la chasse aux musulmans est ouverte !

Après l'appel de Macron à la délation contre " l'hydre islamiste ", Castaner a décliné les premières mesures concrètes. " Port de la barbe ", " pratique de la prière ", un ensemble de mesure qui à vise à stigmatiser ouvertement les musulmans ou assimilés comme tels.

https://www.revolutionpermanente.fr

 

Posté par Anne H L à 11:40 - Permalien [#]

POESIE DU MONDE

Je me balance
de vos sentences.
Tant qu’en conscience
je puis dévorer ma pitance,
je n’ai pas besoin d’allégeance
à vos pâles jactances
creuses. Accroître la sapience
je le peux par moi-même. La finance
depuis toujours régit le monde.
Il se fera bien tondre
celui qui à lui-même ne sait pas correspondre.
Et la pédanterie
n’est qu’une vilaine manie :
j’ai dit.

Robert Walser, Poèmes

Posté par Anne H L à 06:52 - Permalien [#]

31 janvier 2020

MEMOIRES VIVES

A l'envers des sectes actuelles, Charles m'a transmis son amour des arbres et de la nature désintéressé.

La nature n'était pas pour lui un haut lieu de projections et de mythologies comme on le voit avec les sectes dans l'air des temps. Il n'en attendait rien: ni sens, ni énergie.

Il l'aimait, c'est tout.

Et de la même façon il est entré en résistance.

Parce qu'il aimait l'humain.

Parce que le tri des humains lui faisait horreur.

Posté par Anne H L à 08:07 - Permalien [#]